Silence et dépouillement et publicité bruillante

Dans Éloge de l’ombre (1933) le grand Tanizaki Junichiro décrivant l’habitat japonais fait l’éloge du dépouillement et voit dans l’interprétation une des sources de la beauté et de l’esthétique au Japon. Il critique l’Occident qui “n’arrive pas à percer l’énigme de l’ombre”. (Il est vrai qu’il parlait des intérieurs japonais)
Si Tanizaki se promène aujourd’hui dans les rues de “son Japon” il verra que les couleurs FORTES ont remplacé les ombres suggestives.
Les publicités qui envahissent l’espace urbain japonais ne sont pas “importées” et sont le reflet d’une création antérieure pleine de couleurs et de mouvements crus et dynamiques visuellement: (une variété des) estampes (ukiyo-e) étant les meilleures représentations, les manga également, sont truffés de couleurs et de traits vifs.
C’est la raison pour laquelle les Japonais ne semblent pas choqués par cet envahissement de couleur, tandis que les touristes sont subjugués devant ces effusions multicolores.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.