made in USA/made in China

Eldorado

Les États-unis ont été parmi les premiers à se lancer dans la « délocalisation » industrielle. Les produits fabriqués en Chine ont envahi les magasins américains dès les années 90, les « 1 $ shop » ont été un exemple parfait: mettre sur le marché des produits à très bas prix… mais malheureusement pas de bonne qualité, pour ne pas dire … médiocres.
Actuellement la qualité de certains produits chinois s’améliore de façon remarquable (ce phénomène s’est produit avec les Japonais puis les Coréens). L’amélioration n’a pas touché tous les produits vu que les Chinois se sont lancé dans l’imitation de TOUS les produits existants sur Terre et imaginable.
Les donneurs d’ordre américains ont imité les fabricants de « prêt-à-porter » européens en envoyant sur place en Chine des « contrôleurs de qualité », ce qui a contribué à l’amélioration des produits dont la fabrication a été délocalisée. (Meilleur exemple… iPhone !).
Malgré cela il existe toujours des petits produits « pur jus chinois » qui sont de très mauvaise qualité (se sont surtout des articles pas cher qu’on ne peut utiliser plus qu’une fois … et encore!)
Mais de plus en plus on s’éloigne des grandes villes, et on s’enfonce dans cette Amérique profonde, donc plus pauvre – par principe- comparée à San Francisco ou New York, ces produits -pas chers- disparaissent des étalages. On retrouve alors les bons produits de qualité USA. Plus de prise électrique qui grisaille et lance des étincelles en l’enfonçant, plus de chaise de camping qui se casse à la première utilisation, plus de cendrier qui s’envole avec une brise, plus de fourchette qui se plie à la première utilisation, ni de serviette qui ne résiste pas à un seul lavage, ou le tournevis qui se déforme dés qu’il touche la vis.
On trouve les bons articles robustes et résistants qui avaient fait la réputations du « made in USA ». Ici (au coeur de l’Arizona, de l’Utah, du Colorado et de New Mexico) c’est le bon sens ancestral qui prime sur l’économie (idiote). Les agriculteurs américains et les ménages de ces « county » éparpillés dans des immenses espaces, regardent la qualité pas le prix. Quelques raisons sont derrière ce comportement « adulte économiquement », la mauvaise expérience avec un mauvais produit sûrement; les magasins se trouvent éloignés des maisons et des fermes (un tournevis cassé il faudrait refaire des dizaine de kilomètres pour le remplacer), les articles pas cher se trouvent généralement dans les « grands magasins » qui doivent s’installer aux alentours des grandes ville… donc éloignés des fermes et maisons de ces États. S’ajoute à cela un certain « chauvinisme à l’achat » qui fait que ces citoyens américains achètent « américain ».
Conclusion: cela a conduit à la préservation des petites boutiques de bourg, (ou sur les croisements de route) qui vendent des produits de bonne qualité … et les supermarchés restent cantonnés dans les banlieues des grandes villes (ouf !).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.