Les contentieux en Mer de Chine méridionale

Les contentieux en Mer de Chine
– Le Japon, la Chine et Taiwan revendiquent l’archipel inhabité des Senkaku (ou bien Diaoyu).

– La Chine revendique tout ou une partie des archipels des Spratleys en Mer de Chine méridionale.

– La Chine revendique  les archipels des Paracels. Or le Vietnam, les Philippines, Taiwan et la Malaisie revendique cette souverainté. Les eaux de ces deux archipels, situés par ailleurs sur le trajet du tiers du commerce maritime mondial, pourraient contenir des réserves immense en hydrocarbure.

– La Corée du Sud occupe les îlots de Dokdo revendiqués par le Japon.

Les îles Senkaku (Diaoyu) (A consulter)

La position géostratégique de ces îles en fait la clé du nord de la mer de Chine.
Avantages stratégiques pour la Chine elle peut déployer en toute discrétion ses sous-marins nucléaires chinois, de pouvoir s’opposer à la marines américaine et la marine japonaise.
Elle lui donne un accès discret sur les mers du Sud (passage innocent)

Les Îles Paracels

Les îles Paracels sont un archipel de petites îles coralliennes inhabitées situées en Mer de Chine méridionale.
Plus au Sud

Les Îles des Spratleys  sont un archipel de petites îles coralliennes inhabitées situés en Mer de Chine méridionale.
La position géostratégique de des îles Senkaku en fait la clé du nord de la mer de Chine.
Avantages stratégiques pour la Chine elle peut déployer en toute discrétion ses sous-marins nucléaires chinois, de pouvoir s’opposer à la marines américaine et la marine japonaise.
Elle lui donne un accès discret sur les mers du Sud.

Les Îles Paracels
Les îles Paracels n’ont pas de valeur militaire importante, mais des études géologiques indiquent un potentiel d’importants gisements de pétrole dans les eaux environnantes.
En 1974 la Chine a mis la main sur les îles après une bataille navale avec le Viêtnam .
Après sa réunification en 1976 le Viêtnam réclama de nouveau publiquement les Paracels.
Ce différend est encore d’actualité.

Les îles Spratleys
Les îles Spratleys recèlent du pétrole, du gaz et la plus grande ressource halieutique de la région, mais surtout elles se situent sur la route maritime d’un tiers du trafic mondial.
La Superficie totale est d’environ 5,3 km², répartis sur une zone de 500 km de long sur 400 de large.
Ces îles sont inhabitées car il n’y a pas de terre cultivable. La principale île, Itu Aba. Il n’existe aucun port, mais il y a quatre aérodromes.

Les revendications

Sans attendre un quelconque arbitrage international, et dans la plus parfaite illégalité, chacun des cinq Etats a d’ores et déjà pris sa part du gâteau. Tous occupent plusieurs îles de l’archipel et certains y ont même installé des garnisons militaires et parfois des aérodromes.
Cette situation déjà épineuse aurait pu en rester là, mais les récentes recherches pétrolières d’une équipe vietnamienne associée à des britanniques ont récemment remis de l’huile sur le feu. Furieuse, la Chine a immédiatement envoyé sa flotte de guerre « patrouiller dans la région ».
Auparavant, des chalutiers chinois avaient déjà heurté « par accident » des installations de recherche d’hydrocarbures vietnamiennes.
Ces deux évènements sont révélateurs d’un fort climat de tension dans une région que certains voient déjà comme le théâtre d’une « guerre froide des mers ».
Elles sont donc considérées, en droit international, comme de simples îlots ne pouvant pas être revendiqués. Seule une occupation de facto de îles coraliennes permet de disposer d’une souveraineté réelle sur les gisements d’hydrocarbures.

Les revendications chinoises

Ces îles sont revendiquées et occupées par 5 nations:

Le Vietnâm: 13 îles 1600 soldats
La Chine: 9 îles  480 soldats
La Malaisie: 3 îles 180 soldats
Les Philippines; 5 îles 150 soldats
Le Bruneï: 2 îles  30 soldats
Taiwan: une seule île (la plus grande Itu Aba) 250 soldats
Tous sont ravitaillés à partir de leur pays.

 

 

 

Itu Aba (Taïwan)

 

 

 

 

 

 

Le théâtre d’une Guerre Froide des mers

 

En droit
Selon le droit maritime international, cet archipel est formé par des écueils et non des îles et, à ce titre, les revendications de souveraineté sur les parties émergées ne peuvent pas s’appliquer aux eaux territoriales.
Mais selon la limite des 200 milles marins:
le quart ouest de l’archipel se trouve dans la Zone économique exclusive (ZEE) vietnamienne
le quart sud dans la ZEE de Malaisie et du Brunei
le quart est dans celle des Philippines
le quart nord au-delà de cette limite.
Or chacun des pays riverains de la Mer de Chine méridionale revendique la totalité de l’archipel et refuse tout plan de partage.

Les revendications chinoise et les couloirs maritimes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revue de Presse

Le Monde 12 décembre 2013 (avec l’AFP)
La Chine a dévoilé des images de sa très secrète flotte de sous-marins nucléaires, les médias d’État justifiant mardi cette démonstration de force par les vifs différends maritimes entre Pékin et ses voisins.
Plusieurs quotidiens officiels ont dédié mardi leur une à la flotte chinoise de sous-marins, tandis que la télévision centrale a consacré deux jours durant une bonne part de ses journaux télévisés à des exercices et manoeuvres de ces vaisseaux.
Outre l’économie, «la puissance chinoise se traduit par la possession d’un arsenal nucléaire de deuxième frappe crédible. Ce que certains pays ne prennent pas sérieusement en considération quand ils élaborent leur politique envers la Chine», a estimé le Global Times dans un éditorial.
Face à «l’attitude désinvolte» de ces pays, «la Chine doit montrer clairement que la seule voie consiste à ne pas défier les intérêts fondamentaux chinois», a ajouté le quotidien officiel, réputé pour son ton nationaliste.

«Développer une force de sous-marins nucléaires constitue un aspect de cette stratégie», a-t-il poursuivi. «Peut-être que cela donnera du grain à moudre à ceux qui spéculent sur ”la menace chinoise”, mais les bénéfices dépasseront de loin le trouble des opinions publiques» à l’extérieur du pays.
Cette récente insistance sur la flotte sous-marine chinoise intervient alors que Pékin est engagé avec Tokyo dans un vif différend au sujet d’îles en mer de Chine orientale — l’archipel des Senkaku, administré par le Japon mais revendiqué par la Chine sous le nom de Diaoyu.
La Chine a par ailleurs un contentieux avec plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, dont les Philippines, portant sur le contrôle de plusieurs îles dans des zones maritimes réputées stratégiques et potentiellement riches en ressources.
Les États-Unis, de leur côté, ont affiché un rééquilibrage de leur politique étrangère au profit de l’Asie-Pacifique et ont accentué leur présence militaire dans la région.
Les récents articles de presse mettaient l’accent sur les sous-marins chinois de classe Xia, plus que sur ceux de classe Jin — introduits plus récemment.
La premier sous-marin chinois à propulsion nucléaire, mis en fonctionnement dès 1970, a récemment cessé ses activités après quarante années de service, a par ailleurs rapporté mardi le Quotidien de l’Armée populaire de libération.
Fin juillet le président Xi Jinping avait appelé à la mobilisation pour que la Chine devienne une grande puissance maritime.
Pékin avait fièrement annoncé début août que cinq de ses bateaux de guerre avaient accompli un tour complet du Japon pour la première fois, et des experts militaires spéculent sur la possible construction en cours d’un second porte-avions chinois.

Les Etats-Unis et l’Asie

Doctrine Mclane
Robert Milligan McLane (1815 –1898)
Sénateur au Congrès, il a été président de la fameuse “Committee on Commerce”.
En 1853, pendant la révolte des Taiping, le President Pierce le nomme ministre plénipotentiaire en Chine, mais également accrédité au Japan, Siam (Thailande) la Corée et le Cochinchine (Viêtname- mais on peut include Laos et le Cambodge).
Sa mission était de “sécuriser les voids de commerce entree la Chine et les Etats-Unis (malgré la guerre civile).
Il a négocié avec les rebelles et le gouvernement central.

Le Pacifique chasse gardé des Etats-Unis?

Doctrine Mclane: Aucune puissance ne doit se dresser entre les Etats-Unis et la Chine.
les Etats – Unis ont engagé trois conflits pour faire valoir ce principe:

Contre le Japon
La guerre de Corée
La Guerre du Vietnam
La conjoncture actuelle est un peu compliquée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *