Îles Senkaku (pour le Japon) Îles Diaoyu (pour la Chine)

Îles Senkaku (pour le Japon) Îles Diaoyu (pour la Chine)

C’est Quoi?
Ce sont huit îles et rochers
Les cinq îles volcaniques d’une superficie totale de 7 km²
Elles sont situés dans la mer de Chine orientale
Au nord-est de Taïwan et au sud-ouest d’Okinawa en mer de Chine orientale.
Elles font partie de l’archipel Sakishima, avec les îles Yaeyama, Miyako et Ryūkyū.
Le différend entre la Chine et le Japon
les forces chinoises et les gardes-côtes japonais se disputent la souveraineté de ces  îles inhabitées situées à 330 km des côtes chinoises et 410 km d ’Okinawa.
Potentiellement ces îles possèderaient de larges ressources halieutiques (pêche et aquaculture et en hydrocarbures.
Situation géographique

La position géostratégique de ces îles en fait la clé du nord de la mer de Chine.
Avantages stratégiques pour la Chine elle peut déployer en toute discrétion ses sous-marins nucléaires chinois, de pouvoir s’opposer à la marines américaine et la marine japonaise.
Elle lui donne un accès discret sur les mers du Sud.

Le point de départ du contentieux
Depuis 1972 la Chine revendique sous le nom de « Diaoyu » ces îlots inhabités.


Elle y envoie régulièrement des navires, mais aussi ponctuellement des avions.
Surtout depuis que l’Etat nippon a racheté trois de ses cinq îles à leur propriétaire privé japonais (septembre 2012).
Cherchez …l’hydrocarbure

Tout a commencé à la fin des années 1970 …
Un département de l’ONU, le CESAP, rédige un rapport sur la structure géologique des fonds de la mer de Chine orientale. Les membres de l’expédition scientifique d’un mois et demi sont des Japonais, des Coréens, des Chinois et des  Américains
Leur conclusion est alléchante: on serait en présence d’une zone très riche en pétrole et en gaz, peut-être même l’une des plus riches du monde !
Senkaku: l’île au trésor
On lit dans ce document que  “la partie la plus favorable de la région en matière de pétrole et de gaz s’étend sur 220.000 km carrés au nord-est de Taiwan.
Selon eux, on serait en présence d’une couche de sédiments d’au minimum plus de 2 kilomètres d’épaisseur remontant à plus de 23 millions d’années Donc des hydrocarbures.
Les estimations japonaises
Un rapport japonais sorti 1994 estime tout de même à 3,26 milliards de barils au maximum le potentiel des gisements situés dans la partie considérée comme japonaise par Tôkyô de la mer de Chine orientale.
Les estimations chinoises
La « China National Offshore Oil Corporation » publie un rapport en 2011 où apparaissent les chiffres de 384,6 millions de barils de pétrole et 303,7 milliards de pieds cubes de gaz pour toute la mer de Chine orientale.
Un peu d’Histoire
La Chine n’a émis aucune objection concernant la souveraineté japonaise sur les îles Senkaku jusqu’au début des années 1970.
Pour les Japonais :Les îles Senkaku font partie intégrante de l’archipel Nansei (Okinawa).
En effet
Le Japon exerce effectivement son autorité sur ce territoire depuis fort longtemps.
Légitimité de la souveraineté territoriale japonaise (historiquement)
En 1895, le Japon rattacha les îles Senkaku officiellement à son territoire qui étaient terra nullius
Depuis, il exerce effectivement son autorité sur ce territoire.
Depuis 1885 : Les Japonais ont éffectué des incursions sur le terrain.
Il en résulte d’après les textes de l’époque que:
1) Ces îles étaient inhabitées.
2) Aucune trace d’une occupation par la dynastie Qing n’a été retrouvée.
èLe 14 janvier 1895 : Le rattachement officiel fut annoncé le rattachement officiel des îles Senkaku au territoire national, par la décision du Conseil des ministres.
Ils ont planté un « pieu »


Ambigüité de l’après-guerre
1) Faisant partie de l’archipel Nansei, les îles Senkaku ont été placées sous l’administration américaine après la fin de l’occupation du Japon par les Alliés en 1952, conformément à l’article III du Traité de paix de San Francisco (1951).
2) Le Procès-verbal agréé entre les Etats-Unis et le Japon annexé à l’ Accord sur la restitution d’Okinawa (1971) explicite l’étendue d’Okinawa en indiquant la latitude et la longitude de ses limites…les îles Senkaku sont incluses.
Le Traité de Sécurité américano-japonais
Article V du Traité de sécurité États-Unis – Japon (1960):
“Each Party recognizesthat an armedattackagainsteither Party in the territoriesunder the administration of Japanwouldbedangerous to itsownpeace and safety and declaresthatitwouldact to meet the common danger in accordance withitsconstitutional provisions and processes….”
Le Traité de Sécurité américano-japonais
Le Porte-parole du Département d’État (11 juillet 2012)le confirme:
“…theywouldfallwithin the scope of the Article 5 of the 1960 U.S.-JapanTreaty of MutualCooperation and Security, because the islands have been under the administrative control of the Government of Japansincetheywerereturned as part of the reversion of Okinawa in 1972”
èLe gouvernement des États-Unis affirme que les îles Senkakusont incluses dans la zone faisant l’objet de l’article 5 du Traité de coopération mutuelle et de sécurité entre les États-Unis et le Japon (1960).

En Chine jusqu’en 1971… les îles sont… japonaise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La montée en puissance de la Chine

L’impression qui prédomine, c’est que, à travers ce conflit, la Chine cherche à affirmer sa puissance et à réactiver ses revendications sur ce qu’elle appelle “ses intérêts fondamentaux »
C’est pour cela que la marine chinoise est de plus en plus active à l’intérieur de ce qu’on appelle la première chaîne d’îles, car elle veut pouvoir accéder plus facilement à la haute mer, pour satisfaire ses nouvelles ambitions océaniques.
Les revendication chinoise en Mer de Chine méridionale
Le problème est que la Chine est enclavée par de nombreux archipels : pour accéder à l’espace océanique, elle doit passer notamment par la zone d’Okinawa.
Les Chinois cherchent à imposer aux Japonais un droit de “passage innocent”
la Chineréclame la prolongation de son plateau continental
OR Les règles de base définies par la Convention de MontegoBay:
Plateau continental se forme:

À 200 milles marins depuis le littoral (base) donc les fonds marins et leurs sous-sols

 

 

 

 

 

 

 

La Proposition japonaise
Au vue de la jurisprudence, un partage des eaux concernées basé sur une ligne médiane constituerait une solution équitable.

 

 

 

 

 

 

 

 

Proposition chinoise
Les particularités géophysiques de la zone doivent être pris en compte alors, le «prolongement naturel » du plateau continental chinois s’étend jusqu’à la fosse d’Okinawa

◆Article 76 du Traité de Montego Bay (définition d’un plateau continental) “Le plateau continental d’un Etat côtier comprend les fonds marins et leur sous-sol au-delà de sa mer territoriale, sur toute l’étendue du prolongement naturel du territoire terrestre de cet Etat jusqu„au rebord externe de la marge continentale, ou jusqu’à 200 milles marins des lignes de base à partir desquelles est mesurée la largeur de la mer territoriale, lorsque le rebord externe de la marge continentale se trouve à une distance inférieure.”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les frontières maritimes entre la Chine et le Viêtnam
Un exemple intéressant: la délimitation des frontières maritimes entre la Chine et le Viêtnam (accord bilatéral, 2004).
Ces négociations ont abouti sur un accord entre la Chine et le Viêtnam établissant une ligne de démarcation assez proche de la ligne médiane

 

 

 

 

Les faits les plus saillants (mai 2013)

Le 8 mai le Quotidien du peuple, publie une tribune signée par deux chercheurs de l’Académie des sciences sociales appelant à « reconsidérer le problème non résolu des Ryûkyû ». Ce n’est pas anodin.
La Chine considère que la rétrocession des Ryûkyû par les Américains au Japon en 1972 incluait arbitrairement les Senkaku/Diaoyu. C’est ce qui explique cette « revendication »
Les Chinois disent que cela ne veut « absolument pas dire que les Ryûkyû appartiennent à la Chine ou que les Ryûkyû devaient revenir à la Chine ».
Mais une population chinoise facilement manipulable, et très nationaliste peut entrainer les gouverneurs chinois à une surenchère.
Il suffit d’une crise sociale ou économique et le meilleur moyen de détourner l’attention des populations c’est une revendication nationaliste.
Le différend rappelle que l’archipel d’Okinawa, position maritime stratégique, a longtemps été au cœur des ambitions sino-japonaises.
Royaume indépendant des Ryûkyû, l’archipel est envahi en 1609 par le clan Satsuma avec l’appui du shogunat d’Edo.

Mais le royaume passe alors sous une double domination (depuis 1372 tributaire des Ming)
Le shogunat maintient une indépendance de façade pour des raisons commerciales
L’Histoire fait surface (mai 2013)
Ce n’est qu’en 1879 le Japon annexe les Ryûkyû, et supprime la monarchie et en fait la préfecture d’Okinawa …c’est « très récent ».
Après la défaite de 1945, Okinawa reste sous administration américaine jusqu’en 1972.
Le petit archipel abrite encore 70 % des forces américaines au Japon qui doivent assister l’archipel en cas d’agression, y compris sur les îles Senkaku…. Comme nous l’avons vu plus haut.
Ambitions maritimes chinoises

La Chine entend se doter d’une marine moderne, océanique, dotée d’une capacité de défense et de projection sans précédent.
Son grand rival est la marine japonaise, essentiellement défensive, mais dotée de bateaux modernes et de systèmes anti-missiles très sophistiqués.
Les limites de ces ambitions
La marine chinoise ne peut atteindre une quelconque parité avec la marine américaine
Or
La marine américaine contrôle le détroit de Malacca.
L’emplacement des îles Senkaku est stratégique pour la marine chinoise si elle veut défendre sa “zone d’intérêt vital”.

Un avantage pour le Japon
Ces crises ont un seul avantage: elles font du Japon de fait, le plus solide contre-pouvoir à la volonté hégémonique de la Chine.
Cette volonté affichée fait de plus en plus peur  à ses voisins.
Le Japon en profite.
Le Japon peut compter sur le soutien de l’Amérique… et la sympathie d’une partie de l’Asie du Sud-Est.
diaoyudao.org.cn : un site pour raviver les tensions entre la Chine et le Japon

Publié par : Emilie Dubois 2 janvier 2015
En ouvrant le site www.diaoyudao.org.cn, la Chine ravive la tension qui existe avec le Japon au sujet des îles Diaoyu.
Cela fait de nombreuses années que Pékin et Tokyo sont en litige au sujet de la souveraineté de quelques îles situées en mer de Chine orientale. Quelles que soient appelées Diaoyu du côté chinois ou Senkaku du côté japonais, ces îles sont au cœur des tensions entre la Chine et le Japon.
C’est en septembre 2012 que la situation s’est envenimée, après que le Japon ait nationalisé une partie de ces îles.
Il faut dire que les enjeux peuvent être majeurs pour les deux pays vu qu’il est supposé que les fonds marins environnants pourraient renfermer des hydrocarbures, ce qui n’aide pas à apaiser le différend territorial au sujet de la souveraineté de ces quelques îles inhabitées.
Cette situation n’est d’ailleurs pas prête de se calmer vu que la Chine vient de dévoiler le site www.diaoyudao.org.cn, un site mis en ligne par le bureau d’information des services maritimes chinois. Celui-ci présente des documents officiels, des cartes et une chronologie appuyant la thèse chinoise selon laquelle cet archipel est historiquement rattaché à la Chine.
La question qui se pose est bien évidemment de savoir comment le Japon va réagir à ce site.

 

La découverte d’une carte française du XIXe siècle (1832)

l’ambassadeur de Chine a trouvé dans la galerie Bortier une carte dressée par Pierre Lapie, lieutenant-colonel de l’armée française et Lapie fils, capitaine d’État-major de l’armée française ». “Dans cette carte, les îles Diaoyu sont marquées sous le nom de ‘Tiaoyu-Su’ (appellation chinoise des îles Diaoyu sous les dynasties Ming et Qing)”.

La carte en question est l’œuvre de l’Ardennais Pierre Lapie, ingénieur géographe français au début du XIXe siècle. Ayant accompagné les expéditions de Bonaparte (puis de Napoléon) avant d’être nommé Premier géographe du roi Louis Philippe, Lapie a publié l’un des Atlas les plus complets de son époque. Il a par ailleurs participé de la fondation de la prestigieuse Société de Géographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *